De l’autre côté des montagnes, Cuernavaca

Le bus gravit les coteaux de la cuvette bouillonnante qui abrite Mexico-city, déjà on aperçoit à travers la vitre le nuage flou de pollution qui recouvre la ville, logé au fond de la vallée. On a rapidement tendance à oublier de s’arracher de cette bulle frémissante qu’est la capitale mexicaine.

De l’autre côté de la montagne, c’est comme un autre monde. Calme, vert, et chaud. Au Mexique aussi, l’hiver est arrivé, certes bien loin des camaïeux grisonnants de la France, mais quelques degrés se sont tout de même échappés discrètement.

Cuernavaca, carte

Cuernavaca, carte

Le Photographe et le canard

Le Photographe et le canard

Autels d'offrande pour les défunts pendant le Día de muertos

Autel d’offrandes pour les défunts pendant le Día de muertos

Couleurs mexicaines

Couleurs mexicaines

Bar du centre ville

Bar du centre ville

Centro Cultural Jardín Borda

Centro Cultural Jardín Borda

Détail d'une habitation

Détail d’une habitation

Rue de Cuernavaca

Rue de Cuernavaca

Façade d'école

Façade d’école

Les rues colorées du centre ville

Les rues colorées du centre ville

Défilé pour le Día de muertos

Défilé pour le Día de muertos

Vue sur la ville depuis les beaux quartiers

Vue sur la ville depuis les beaux quartiers

Détail de l'église de Cuernavaca

Détail de l’église de Cuernavaca

On trouve même dans les églises des autels pour fêter cette tradition indigènes

On trouve même dans les églises des Autels pour fêter cette tradition indigène

Bar décoré pour le Día de muertos

Bar décoré pour le Día de muertos

Enregistrer

Enregistrer

Cuernavaca est d’un contraste saisissant. L’air est chaud, le soleil ricoche ses couleurs orangées sur les façades vibrantes de couleurs. En fin de journée, une foule monstre s’empare des parcs, et jardins. Les Mexicains disent de Cuernavaca qu’elle est la ville du printemps éternel.

Dans quelques jours, le Mexique fêtera le célèbre Día de muertos, mais déjà les villes et villages s’apprêtent, les festivités sont lancées. Les Catrinas, ces squelettes de femmes maquillées et habillées de mille et une couleur, décorent les rues. Des petits fanions de papiers sont tendus dans chaque avenue, et des tonnes d’Autels pour les défunts sont confectionnés à chaque coin de la ville.

Le Día de muertos est le grand jour où les morts peuvent redescendre sur terre. On leurs prépare donc de grands Autels, composés de leurs plats préférés, débordants de fleurs fraîches, et d’offrandes de toutes sortes. Le 1er Novembre est consacré aux enfants décédés, le 2 est celui des adultes. Le plus étonnant, dans cette fête traditionnelle d’origine indigène, reste son entremêlement avec l’église. Les conquérants, n’auront jamais réussi à écraser complètement les croyances de ce pays. Le Mexique entretient un rapport très particulier avec la mort. Ici on ne la craint pas, on la fête, on danse, on boit, on la vénère presque. C’est sidérant et passionnant.
La mort est imaginée comme un autre monde coloré, où s’entremêlent ces squelettes joyeux parés de tous les artifices et coutumes des vivants et fait l’objet de milliers d’objets sculptés, de dessins, de bijoux etc.


Tape « Día de muertos» sur google image puis « Toussaint France » tu verras le contraste par toi-même.

Je te conseille vivement si tu passes à Cuernavaca de t’engouffrer dans le gigantesque marché couvert. Une espèce d’économie souterraine, un dédale de stands en tout genre sur des kilomètres, c’est juste complètement fou.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3
Loading Facebook Comments ...

Leave a comment






Les images et les contenus de ce site ne sont pas libres de droits.

  • 36 hours in Europe