L’essentiel du Vietnam

lignes graphique ©Estelle à la plage

Les villes vietnamiennes vues par Fafa, c’est efficace et c’est drôle !

lignes graphique ©Estelle à la plage

Marché Vietnamien

Marché Vietnamien Photos © F. / Mise en page ©Estelle à la plage

 


 Hanoi.  Traverser une rue est une épreuve. On était au courant mais faut quand même le vivre. La règle est simple, priorité aux camions, qui ont priorité sur les voitures, qui ont priorité sur les scooters, qui ont priorité sur les piétons. Donc en gros, toi petit piéton innocent, faufile toi mais d’un pas décidé et… ça marche. Si tu as oublié la règle, les klaxons te la rappelleront rapidement. Ici tu klaxonnes pour dire que tu arrives… je ne savais même pas qu’il existait autant de nuances possibles dans le monde de la klaxonnie.
Petit détail que nous ne remarquerons qu’au bout de deux jours : il n’y a pas de ciel. Pas. De. Ciel. Où est le petit truc bleu au dessus de notre tête ? Non mais c’est tous les jours comme ça ? « Ca ira mieux dans un mois et demi… » ! Bon ben en fait, c’est comme le trafic routier…. on s’habitue.

L’avantage d’arriver à Hanoi et de partir directement au Sud, c’est qu’on est en extase rien qu’en redécouvrant que le ciel existe encore.

ligne tous à la plage


 Phu Quoc Island  Petite île vietnamienne, Phu Quoc a tout de la carte postale. Palmiers, sable fin, routes en terre rouge… bref prendre un scooter là-bas est tout à fait possible, le trafic est moins important et on peut se retrouver seul sur des chemins magnifiques si on s’éloigne des routes principales. Par contre, si on s’éloigne de la plage attelée à un hôtel, on accepte d’étaler sa serviette sur un tas de déchets et devant un 35 tonnes ramenant de quoi construire un hôtel 5 étoiles face à la mer. A côté d’un autre hôtel. A côté d’un autre hôtel… bref dans quelques années l’île ne sera plus ce qu’elle est mais il y aura des offres superbes sur promovacances : youhou. Ha oui d’ailleurs, la photo sur la balançoire, accrochée à un palmier : Sérieux les gars, faut payer pour ça !? Je préfère m’acheter à bouffer désolée.

  Ho Chi Minh.  Pour moi, c’est Hanoï version moderne. Oh la la : les filles fument et portent des mini jupes. Jamais vu ça à Hanoï. Le ciel existe ici mais du coup la chaleur est plus importante… sauf qu’avec la pollution c’est vite insupportable. Les clopes sont peut-être à 1euro le paquet, faut être vraiment accro pour s’en allumer une ici.

 

ligne tous à la plage

 Mui Ne.  Nous sommes arrivées en bus… allongées. Découverte géniale. Sortes de « transat » permettant une petite sieste dans ce long trajet de 5H. Ne vous attendez pas à dormir profondément, le chauffeur est vietnamien : il klaxonne. Le seul truc vraiment sympa à Mui Ne ce sont les dunes de sable (rouge ou blanche). Paysage fou, tu t’attendais pas à trouver ça au Vietnam. A part des resort beach vraiment cool et vraiment pas cher, il n’y a pas grand chose à faire. Dernier détail, j’ai trouvé une télé sur la plage.
 Nha Trang.  Merde, j’aurais du apprendre deux trois mots en russe. La ville est remplie de russes, les menus sont traduits en russe… bref il fait bon vivre à Nha Trang si tu es russe. Et ne demande pas une information à un russe, il « don’t speak english ». Ok il y a des plages… mais devant des énormes immeubles ultra modernes… ok, on va faire un bain de boue. ok, c’est bon, on s’en va.

ligne tous à la plage

 Hoi An.  On a de l’avance sur l’itinéraire prévu. Tant mieux, c’est la ville qu’on va préférer. Les couleurs sont magnifiques. Tout est beau. Je veux tout prendre en photo. Je veux des lampions, je veux un cerf-volant. Et NON je ne me suis pas fait faire de robe sur mesure ! « Mais c’est vraiment pas cher » ! Bon j’ai acheté un sac en cuir… mais c’est vrai c’est vraiment pas cher !

Vietnam lampions / Photos © F. / Mise en page ©Estelle à la plage


 Ninh Binh.  La spécialité ici, c’est la chèvre grillée. Tu prends donc une chèvre, tu la grilles, et tu l’exposes entière sur un petit stand en bord de route. Je suis sûre que servie dans une assiette j’aurais aimé goûter la viande de chèvre. Mais là, c’est juste pas possible. Ça m’a fait le même effet avec le chien à Hanoï. On passait tous les jours devant un stand avec toujours deux beaux chiens grillés, couleur caramel si vous voulez du détail. « Bonjour, je vais vous prendre une patte et un petit morceau… oui le derrière puisque apparemment c’est par là que vous commencez à le découper. » Impossible. Et après discussion avec une vietnamienne, le chiot est meilleur !
 La Baie d’Halong.  C’est le budget serré et le manque de temps qui nous ont amené là. La pression sociale « vous pouvez PAS ne PAS faire la baie d’halong » nous avez dans un premier temps donné envie de ne pas y aller. Bon c’est beau, c’est vrai. Après, t’es quand même obligé de prendre un circuit tout fait. Le sentiment de se dire que tu vas vivre exactement le même week-end que le groupe avant toi et que le groupe après toi rend le truc moins exceptionnel. Je regrette déjà nos heures de scooter dans le sud à aller nulle part, juste à rouler et à savourer le paysage. Mais bon ça y est, « je l’ai fait ouais ».

 

 

 

© Textes et photographies de Fafa la rage, mise en page Estelle à la plage

 

vietnam

 

 

9
Loading Facebook Comments ...

Leave a comment






Les images et les contenus de ce site ne sont pas libres de droits.

  • 36 hours in Europe